Aller au contenu principal
+

Pour en apprendre davantage

Modalités de republication

Vous avez la possibilité de republier cet article, librement, sur votre site web, blog, etc.

Mobilité douce et durable : quel modèle pour les zones rurales ?

Dans un contexte d’urgence climatique et de décarbonation des transports, comment assurer une meilleure desserte et un meilleur maillage des territoires peu denses ? Quels leviers d’actions pour garantir l’égalité d’accès aux services publics ? Éléments de réponse avec Caroline Gallez et Alain L’Hostis, chercheurs au Laboratoire Ville Mobilité Transport (LVMT).

Alors que 33% des ménages habitent une commune rurale et qu’un tiers des actifs en emploi y résident1, la question des mobilités dans les espaces peu denses recouvre de nombreux enjeux sociétaux, économiques et environnementaux. Elle devrait être mieux prise en compte par les pouvoirs publics. La raréfaction des services, le manque d’accès aux soins ainsi que les fermetures des petites lignes ferroviaires que connaissent ces territoires renforcent la dépendance à la voiture individuelle. En effet, au regard d’une distance domicile-travail médiane de 12,5 km (contre 6,1 km pour les urbains), 86% des actifs ruraux utilisent leur voiture pour se rendre au travail (contre 70% chez les urbains).

Garantir une offre plurielle de micromobilités

« Il faut sortir de la dépendance à la voiture individuelle, assure Alain L’Hostis, directeur de recherche au LVMT (École des Ponts ParisTech / Université Gustave Eiffel). Mais pour y parvenir il est nécessaire de proposer des alternatives qui soient non seulement plus vertueuses pour l’environnement mais également convaincantes et compétitives. » Entre autres solutions, le chercheur propose de développer le transport ferroviaire en étendant les lignes TER. Autre levier : favoriser les micromobilités, qu’elles soient partagées ou non. « Il est important de travailler à la mise en cyclabilité des quartiers de gares » précise le chercheur.

D’après ce spécialiste des interactions entre les transports et l’urbanisme, il ne peut pas non plus y avoir de réponse unique à la question des mobilités en zone peu dense : « Il faut sortir du schéma un problème, une solution. Ni le vélo, ni la voiture partagée ne peuvent à eux seuls répondre à la problématique. Il faut plutôt multiplier les alternatives et tendre vers la création de hubs de mobilité où les usagers auraient à disposition plusieurs dispositifs tels que des vélos électriques, des trottinettes, des vélos-cargos, du covoiturage... »

Les inégalités territoriales, vectrices d’inégalités sociales ?

« Dans le même temps, face à la hausse du prix des logements, de nombreuses personnes se résolvent à quitter les centres pour les périphéries, ce qui a comme conséquence d’augmenter le nombre de personnes dépendantes à la voiture, rappelle Caroline Gallez, directrice de recherche au LVMT. À cela s’ajoute un recul de l’offre de services publics dans les territoires, qui amplifie encore le phénomène. » La chercheuse souligne également « qu’il ne peut y avoir de solution aux grands enjeux de la transition écologique sans la prise en compte des inégalités sociales et de genre ».

On ne se déplace pas de la même manière que l’on soit un homme ou une femme, que l’on ait un revenu élevé ou modeste, que l’on appartienne à une minorité ou non. « Les inégalités de genre notamment sont particulièrement fortes en matière d’accès aux services publics » poursuit Caroline Gallez. Des inégalités pointées du doigt dans un rapport de la Fondation Jean Jaurès publié en juin 2023. Intitulé « Accéder aux services publics en milieu rural : les femmes en première ligne ? », ce rapport souligne que les femmes sont celles qui assurent la grande majorité des démarches d’accès aux services publics en milieu rural. Le plus souvent en charge des tâches domestiques et administratives des ménages, ce sont elles qui pâtissent les premières de la raréfaction des services publics dans les territoires ruraux. « Si les services manquent ou si leurs plages horaires sont réduites, les femmes sont contraintes à des mobilités plus longues pour s’y rendre. Le rapport met également en lumière l’impact que cela peut engendrer sur la vie professionnelle des femmes qui optent souvent pour du temps partiel par contrainte d’organisation et de vie de famille » commente Caroline Gallez.

Pour pallier ces problèmes, la chercheuse suggère d’agir en amont, notamment en améliorant l’offre de logement abordable dans les agglomérations ainsi qu’en garantissant un maillage des services publics dans les territoires peu denses. « Il est primordial d’assurer un meilleur accès aux aménités du quotidien, qu’ils s’agissent des lieux de soins ou d’éducation. »

Glossaire

Zone peu dense : définie selon la grille communale de densité de l’INSEE qui distingue 4 catégories de communes : densément peuplées, de densité intermédiaire, peu denses et très peu denses. Les communes peu denses représentent près de 53,7% des communes françaises et regroupent 29% de la population sur 59% du territoire. Elles sont peuplées pour 90% d’entre elles de 200 à 3 000 habitants et affichent une densité moyenne de population de 51 habitants par km² (chiffres 2017).

Micromobilité : mobilité douce qui repose sur des véhicules de transports légers conduit par l’individu lui-même : vélos électriques ou non, trottinettes électriques ou non, etc.

Aménité : au sens premier : amabilité, charme. En urbanisme, une aménité représente un agrément ou un avantage économique, culturel ou de loisirs qui constitue un attrait pour les habitants. Les aménités participent de la qualité de vie d’un lieu.

Vous souhaitez en apprendre davantage 

Le sujet était au cœur du webinaire « Mobilité en zone peu dense » proposé par l’Université Gustave Eiffel et le CMVRH2, une conférence d’1h30 disponible en replay et destinée à éclairer les politiques publiques.

1 Source : Insee, 2020

2 Centre ministériel de valorisation des ressources humaines

L'interview a été réalisée par l'agence Kogito.

Fiche d'identité de l'article

Titre :Mobilité douce et durable : quel modèle pour les zones rurales ?
Experts interviewés :Caroline Gallez et Alain L’Hostis
Licence :Cet article est publié sous licence CC BY-SA 4.0.
Date de parution :9 juillet 2024
Langues :Français
Mots clés :zones peu denses, mobilité, dépendance à la voiture individuelle, micromobilité, accès aux services publics, aménités, inégalités sociales, inégalités de genre